Oser dire « non » à son médecin ou quand le test devient torture

Un peu de colère, aujourd’hui, sur un blog qui a été fort guimauve et paillettes les derniers jours… Je suis retombée, il y a quelques jours sur mon agenda 2015. En le parcourant, j’ai lu à la date du 11 septembre 2015 : « test triangle diabète, 8h, labo clinique deuxième étage ».
Et tout est revenu…

Je me rappelle de ce rendez-vous chez mon diabétologue en août 2015. Enceinte, envoyée précocement chez un spécialiste (je vous en parlais ici), il m’a dit cette phrase : « Il va falloir faire le test d’hyperglycémie provoquée Madame… C’est comme ça ! Obligatoire pour toutes les femmes enceintes. ».
« Mais enfin, on sait que je suis diabétique, à quoi ça servirait à part à confirmer ce que l’on sait déjà ? »
« Si si, vous devez le faire. Ce n’est pas négociable ».

Et là, je n’ai rien répondu, je suis restée avec mes questions et surtout, je l’ai fait ce maudit test. Je n’en ai pas dormi pendant 3 jours, j’ai perdu connaissance pendant que je buvais cette infâme liquide, j’ai eu envie de vomir pendant des heures, j’ai tremblé, eu trop chaud, mal au dos, …
Tout cela pour qu’on me dise « Vous souffrez d’un diabète gestationnel, Madame ».

Ok, donc il fallait me faire subir cette torture pour diagnostiquer une nouvelle fois ce qui l’avait déjà été.
Et vous savez à qui j’en veux le plus ? A moi.

p1020162

J’ai tout oublié, j’ai oublié que j’avais des droits. Et pourtant, vu ma formation et ma pratique je le savais. Mais vous savez ce qu’on dit : les cordonniers…

Bref, je me suis laissée faire alors que le premier principe en matière de santé c’est le libre consentement du patient. L’informer, le conseiller, lui proposer … OK ! Imposer : jamais.

Le patient doit pouvoir choisir librement le praticien. Il doit pouvoir en changer s’il le souhaite.

Il doit être suffisamment informé sur son état de santé et sur les actes médicaux proposés (tests, traitement, …) afin de pouvoir donner un consentement libre et éclairé à ces derniers. Il peut refuser un acte médical, sans devoir se justifier.

Et c’est là que le bât blesse.
On nous informe (de temps en temps), on nous parle de donner notre accord (rarement)… Mais jamais que l’on peut refuser. Et on perd parfois de vue qu’un acte médical, ça comprend aussi les tests et autres analyses. On a le droit de ne pas savoir ou ne pas vouloir que ce qu’on sait déjà soit à nouveau confirmé.

Je ne dis pas que je n’ai plus jamais contrôlé mon sucre. Je dois encore le faire régulièrement, d’ailleurs. Mais je le fais avec des tests que je trouve plus intelligents : hémoglobine glycatée tous les 3 mois et prise ponctuelle avec mon glucomètre. Pas de liquide infâme à avaler, pas de tortures mentales à l’idée d’échouer à un test que je savais perdu d’avance.

A mon sens, ces pratiques sont à la limite de la maltraitance médicale (quand elles ne le sont pas carrément). Ce sujet me tient aussi à cœur mais j’ai des copines de blog (Ces yeux bleus ou Rose comme trois pommes, pour ne citer qu’elles) qui ont déjà écrit de très beaux articles sur le sujet.

Il est temps et important de connaitre et faire valoir nos droits, que l’on soit une future maman, une jeune maman ou un(e) patient(e) X. De croire en notre capacité (au sens juridique du terme) à pouvoir consentir ou non à un acte de nature médicale.

Et, à ce sujet :  OUI, une vérification du col est un acte médical. Merci de prévenir (à tout le moins ! Demander la permission, c’est mieux !) quand on en fait un…

Alors, ce soir, je me dis qu’on ne m’y reprendra plus… Mais je vous confirmerai cela quand je vivrai une seconde grossesse. Car il n’y a rien à faire, enceinte, je me sentais plus fragile et impressionnable. Au point de me faire oublier ce que je connais si bien…

Et vous, vous vous êtes déjà senti malmené dans vos droits comme patient ? Comment avez-vous réagi ?

XXX

Signature logo

13 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. lbv14 dit :

    J’ai moi aussi eu du diabète gestationnel (il faudra d’ailleurs que je repasse le test le mois prochain pour vérifier ce qu’il en est en post partum… ça m’angoisse un peu…). Autant je me suis sentie bien traitée durant la grossesse, avec des sages femmes et une gyneco au top, autant à d’autres moments cela n’a pas été le cas….12h après avoir accouché je me suis fait INCENDIER parce que j’avais nourri ma fille avant que l’équipe ne vienne tester sa glycémie (qu’est ce que j’en savais moi?) « Tant pis pour vous on viendra vous réveiller cette nuit puisque vous n’avez pas respecté le délai ! ».
    Au debut de la grossesse, j’ai aussi vu un gyneco aux urgences pour des saignements : expediee en 5 minutes, aucune « douceur », aucune explication ni paroles rassurantes. « Oui bin si c’est encore une fausse couche, tant pis, vous reessaierez, vous n’êtes pas si vieille ».
    Bref,j’ai vécu ça et malheureusement nous sommes loin d’être les seules…
    Martin Winckler a écrit un livre récemment sur ce sujet, j’ai bien envie de le lire.

    J'aime

    1. Quel que soit le moment, c’est difficile de ne pas se sentir respecté(e). Personnellement, je trouve que j’ai croisé plus de bons médecins que de mauvais médecins mais les quelques que j’ai croisé m’ont sérieusement dégoutée.
      Merci pour la référence de Winckler! 😉
      Des bisous à ta puce! (ma jolie homonyme <3)

      J'aime

  2. Mélimélanie dit :

    Haaa le fameux test du glucose. Je l’ai refusé un premier coup. Et on ne m’as plus donné le choix un mois après car bébé au 92 percentile.

    Je l’ai fait à reculons, pas de diabète comme je le savais déjà (je fais juste des gros bébés et oui j’ai pris 10 kilos en moins de 3 mois mais je bouffe comme 10).
    Je l’ai presque fait pour prouver a mon médecin qu’elle avait tort (et donc moi raison).

    Mais je suis d’accord ça m’a exaspéré qu’on m’oblige a le faire alors que je n’étais pas dans la population a risque. « Oui mais être mince ne veut pas dire que vous ne ferez pas de diabète » certe mais il y a une liste précise des personnes à risque pour qui le test est recommandé et je n’ai aucun de ces facteurs de risque.

    Bref… On est tellement infantilisé que la dernière fois j’ai été surprise quand la sage femme de la maternité m’à demandé l’autorisation de me faire un touché vaginal et m’a demandé 2 fois si c’était bon et si elle pouvait m’examiner! C’est fou de trouver ça étonnant quand ça se passe comme ça alors que ça devrait être la norme!

    Aimé par 1 personne

    1. J’en reviens pas pour ton test du diabète. Déjà j’avais tiqué en lisant ton article sur DMT (ou un post IG, je ne sais plus ;-)). Ca me rend un peu folle tout cela. Bon, heureusement, le résultat était OK. Mais quand même.
      En plus, ce test ne correspond en rien aux habitudes alimentaires de quelqu’un un tant soit peu équilibré alimentairement (enfin, je crois ;-)). Cela me semble toujours être absurde de l’utiliser pour confirmer un diagnostique déjà posé ou clairement supposé.

      J'aime

  3. Pititefleur dit :

    J’avoue j’ai été surprise toute la grossesse que l’on me demande systématiquement pour l’examen du col !
    Je ne me suis pas sentie malmenée durant la grossesse mais sans doute parce que je n’ai aucun souci particulier et qu’au final même pour le test du glucose, j’ai eu une version très light car je ne suis pas du tout à risque.
    Par contre, j’ai eu un mauvais feeling avec la remplaçante de mon médecin traitant et j’avoue, j’eviterai au possible d’avoir affaire à elle !!!

    J'aime

    1. C’est ce qui est pervers en fait,… On finit par considérer que ce qui est normal est exceptionnel! La route est encore longue, surtout quand on voit (en Belgique en tout cas) comment on forme nos médecins : concours, QCM, élitisme, … Tout semble fait pour encourager les plus ambitieux, parfois au détriment des autres, et la place du relationnel dans les apprentissages est vraiment minime.
      Ca pose question quand même…

      Aimé par 1 personne

  4. Picou dit :

    J’ai eu la chance de ne jamais me sentir maltraitée. Mais rien que le suivi, froid et comme à la chaîne, qu’ont certains médecins, me hérisse le poil…un peu de tact et de bienveillance, c’est si dur? J’ai peur que ça ne s’arrête pas à nous, d’ailleurs, j’avais écrit un article sur le pédiatre de mes filles, aussi, un jour où j’étais furieuse… (si jamais il t’intéresse : http://picou-bulle.over-blog.com/2017/01/docteur.html).
    (Par ailleurs – je crois qu’hellocoton avait décoché ton abonnement, j’en suis désolée – j’ai toujours aimé lire ton blog, je me suis réabonnée, n’y voit aucune désaffection de ma part!)

    Aimé par 1 personne

    1. Effectivement, cela ne s’arrête pas à nous : nos enfants (merci pour ton article! C’est dingue!), nos aînés, … C’est terrible et cela peut parfois prendre des proportions vraiment inquiétantes.
      (Merci pour HC, je t’avoue que je ne suis plus mes abonnements dessus (les miens et ceux des autres par rapport à mon compte). Je suis un peu perdue parfois face à ce réseau social… Je ne sais jamais trop comment m’y prendre dessus… :-))

      J'aime

  5. Nanakie dit :

    Je suis diagnostiquée DG depuis le 1er mois… et dans 15jours correspondrait la date du fameux test glucose. Hors de question que je le fasse! Puisque je m’embête à suivre un régime depuis Décembre, pourquoi diable vouloir confirmer ce que l’on sait? Et que vont-ils faire, venir me chercher à domicile pour m’amener de force au laboratoire? Tu as raison d’être en colère de telles pratiques, de pressions de la part du cors médical qui profite des doutes et de la fragilité de la femme enceinte (ou du patient tout simplement). Je te souhaite de trouver la force de dire Non si une prochaine fois se présente!

    Aimé par 1 personne

  6. Tu as bien raison. Je me suis dit la même chose à l’époque mais je n’ai pas eu ta force de caractère! Tu as tout mon soutien pour la suite, en tout cas.
    En plus, sur le moment, je me rappelle m’être dite toute la durée du test que ca valait bien le coup de me passer totalement de sucre au sens large pendant des semaines pour finir par devoir ingurgiter plus de sucres qu’en 1 mois en temps normal… Kafkaien.
    Merci pour tes souhaits.
    Et bonne suite pour ta grossesse, surtout. Le sucre, les médecins, tout ça, c’est tellement secondaire par rapport à tout ce qu’on a à tisser avec son bébé.

    J'aime

  7. Maman Nouille dit :

    Comme c’est dommage de devoir écrire un article comme ça, mais comme tu as raison de le rappeler, on a le droit de refuser. Mais c’est souvent difficile, car notre statut de patients induit une certaine passivité, le rapport médecin-malade n’est pas égalitaire. En plus je trouve que pendant la maternité, on est encore plus vulnérable. Je me souviens d’une échographie douloureuse faite par une étudiante lors de ma première grossesse, je lui ai signalé plusieurs fois, peut-être pas assez fort…oh mais si je n’avais pas été enceinte, je sais que je l’aurai envoyer bouler en moins de deux. Je me félicite d’ailleurs, pour mon deuxième accouchement, d’avoir mis à la porte une conseillère en lactation qui mettait à mal ma pudeur.

    J'aime

  8. madamelavande dit :

    Je ne crois pas avoir déjà été confrontée à ce genre de pratiques, mais j’imagine qu’on doit vraiment se sentir fragilisée.
    Enceinte j’ai été particulièrement bien entourée avec un personnel médical très attentionné et on m’a toujours demandé mon accord avant un acte médical, même une « simple » prise de sang.
    Je suis passée par la case test du diabète également mais je n’étais pas obligée (par contre je savais qu’il y avait un risque donc j’ai préféré le faire, pour un résultat négatif heureusement).
    Mais c’est vrai que je ne suis pas sûre de savoir refuser si on m’imposait un geste. Ce n’est pas facile de se sentir légitime face à la persévérance et l’assurance du corps médical.

    J'aime

  9. Quand j’ai écrit mon article concernant mon accouchement en maison de naissance, c’est pour cela que j’ai fait ce choix. Car ma gynéco m’avait imposé le déclenchement sans même me faire une radio pour voir si un bébé de plus de 4kg passerait ou pas. ET moi j’ai suivi comme un mouton.. Tu aurais raison d’oser! De faire ton choix.. Bel article ma belle :*

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s