Et le petit second, c’est pour quand?

Et oui, on est reparti pour un tour... Si vous êtes jeunes mariés ou que vous avez un bébé de plus de 9 mois, vous voyez de quoi je parle. C’est le grand retour des questions. Des « C’est pour quand? », des regards insistants sur votre assiette ou votre verre. C’est le retour du harcèlement concernant un  éventuel bébé à venir.

C’est insignifiant, pour beaucoup, et souvent une manière de vous encourager dans votre rôle de parents…

Mais là, j’ai envie de hurler chaque fois qu’on me pose la question. Cette question me heurte beaucoup en ce moment. Et je pense qu’il est temps pour moi de pouvoir mettre des mots sur cette souffrance.

img_2243

L’immense peur qui est la mienne

Je sais qu’une histoire n’est pas l’autre et que je suis certainement en train de porter quelque chose qui ne m’appartient pas; mais cette peur fait partie de mon histoire et de moi.

Il y a 5 ans et demi entre moi et ma sœur. Et cet écart n’était pas voulu par mes parents. Alors que pour moi, tout avait été assez vite… La nature a été moins clémente pour une deuxième grossesse. Au final, nous sommes 4 enfants. Donc l’histoire n’a pas été dramatique. Mais quand même… Elle a laissé des traces.

J’ai peur. Je sais qu’un premier succès n’est pas signe de fertilité au top. Je sais que la nature réserve des bonnes mais aussi de mauvaises surprises.

Alors, oui, j’ai peur. Peur de ne pas pouvoir porter de second enfant. Peur que l’histoire se répète telle une malédiction familiale. C‘est irraisonné mais c’est là… Les questions me font mal car elles me ramènent à cette angoisse. Elle remue toutes ces questions et cela me blesse.

img_0288-copie

Un corps qui me lâche

Cette peur est renforcée par une grande difficulté que je traverse en ce moment… Mon corps me lâche. Complètement. Je suis continuellement malade, fatiguée. J’ai sans cesse des petites et grandes douleurs, des petits et grands soucis.

Je cherche à comprendre et à me recentrer sur mon bien-être physique. Le Docteur Génial m’aide à comprendre ce qui ne va pas. Pourquoi je me sens moins bien aujourd’hui que le lendemain de mon accouchement?

J’ai confiance, on avance. Mais je ne me vois pas du tout porter la vie pour le moment. J’ai l’impression que je ne saurai pas à la fois être en bonne santé et qu’un bébé le soit aussi. Cette intuition a été confirmée par le médecin qui m’a dit, qu’effectivement, tomber enceinte maintenant entrainerait sans doute de grosses difficultés pour moi en début de grossesse. Ce ne serait pas franchement l’idéal, et pourtant, je suis entourée de belles annonces de grossesse et parfois, j’ai envie de connaitre à nouveau ces moments particuliers (Laurette Fléchette a d’ailleurs écrit un bel article sur les sentiments que l’on peut avoir vis à vis d’une grossesse a posteriori, je vous invite à le lire ici).

img_2096

Beaucoup de projets en même temps

On commence la construction de notre maison… Et Poupette grandit à une vitesse folle. J’ai envie de pouvoir savourer tous ces projets. Pouvoir aider ma fille à grandir sans gros bidou ou fatigue intense. Pouvoir peindre et déménager, pouvoir travailler dans notre maison.

J’ai envie de prendre le temps, mon temps, de pouvoir profiter de ces beaux projets. D’autant qu’au niveau professionnel, j’ai de grosses échéances dans le courant de cette année. Et j’ai envie de pouvoir m’y consacrer aussi.

fichier_004

Notre projet de vie

Il y a quelque chose sur laquelle nous sommes d’accord, mon chéri et moi : nous voulons une grande famille. Nous avons envie d’avoir 4 enfants (même si moi, je ne serai pas contre un de plus, mais soit :-)).

Bon c’est déjà pas mal, d’être d’accord sur ce point. Par contre, on n’est pas toujours d’accord sur le timing.

Je pense et je déduis de ce que mon chéri me dit qu’il souhaiterait qu’on « les enchaine » un peu. Il aimerait qu’on pense déjà au petit deuxième et qu’il n’y ait pas trop d’écart entre chaque. Moi, je suis moins « pressée ». J’avoue que je ne suis pas contre un peu d’écart entre les enfants. J’ai eu Poupette a 26 ans et je me dis qu’on a le temps de faire les petits suivants.

img_2293

Des questions douloureuses

Les questions sont douloureuses car elles nous ramènent à ces réflexions de couple, à la réalité de nos projets, à la peur aussi.

Elles sont douloureuses car elles me donnent l’impression de « punir » mon chéri. Mais je ne m’en sens pas capable. Pas maintenant… Et je pense qu’étant donné que je porte nos enfants, le fait que je sois prête est particulièrement essentiel dans un nouveau projet parental.

Les questions me sont douloureuses car elles me donnent l’impression que je dois m’expliquer et me justifier sur quelque chose qui nous appartient.

Ces questions me donnent envie de hurler. Hurler que la vie n’est pas toujours si facile, que je n’en peux plus. Que je suis fatiguée. Que j’ai envie qu’on prenne soin de moi et pas que je doive prendre soin d’un tout petit. J’ai envie de hurler que j’ai envie que cela se passe dans la sérénité et la paix.

J’ai envie de lui dire « pardon » aussi. Pardon, mon chéri, de ne pas vouloir me relancer de suite. J’ai encore besoin d’un an, je pense. Un an pour voir Poupette grandir. Un an pour me reconstruire. Un an pour retrouver l’envie de concevoir ensemble un nouveau projet. Un an pour vraiment profiter de sentir un tout-petit grandir au creux de moi. Un an pour vraiment être prête à lui faire une place dans ma vie.

XXX

Charlotte

23 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. lbv14 dit :

    Je me demande toujours ce qui incite les « gens », les « autres » (famille, amis, collègues, voisins…) a systématiquement vouloir avoir un avis sur tout ce qui concerne la vie des « autres ». Projettent-ils leurs propres envies/regrets/modèles ?
    Nous avons chacun et chacune nos histoires de vie et nous aurons chacun et chacune nos facilités et difficultés. J’ai presque 30 ans et cela fait dix ans que nous sommes ensemble, et deux ans que nous sommes mariés. Il aura fallu une fausse couche pour clouer le bec à tous ceux qui nous réclamaient le « c’est pour quand? ». Autour de moi il y a eu de nombreux deuils perinataux…ces personnes insistantes et insupportables disparaissent souvent au moment où les futurs parents en ont finalement besoin, face à la douleur de perdre un enfant.
    Mais ils réapparaissent ensuite « Elle est de nouveau enceinte ? C’est un peu tôt non après avoir perdu un bébé ?  »
    Je crois que c’est une cause perdue. Autant se concentrer sur soi et les laisser dire….

    Aimé par 3 people

    1. Pititefleur dit :

      Je n’aurais pas mieux dis. Oui les autres projettent systématiquement leurs envies et regrets. C’est insupportable.

      Aimé par 1 personne

      1. Effectivement… Les gens sont quand même incroyables!
        J’essaie de laisser glisser les questions… Et bizarrement, depuis que j’y réagis moins, j’ai l’impression qu’elles sont moins nombreuses.
        Plein de douces pensées.

        J'aime

  2. Ce que je lis me serre un peu le coeur, de sentir cette fragilité physique et émotionnelle qui est la tienne.
    Ce qui est sûr pour moi, c’est que tu as raison de ne pas faire cet enfant maintenant pour les autres alors que pour toi, il sera désiré un peu plus tard. Je trouve que c’est déjà une réflexion très saine et même si tu as le sentiment de punir ton amoureux sur le coup, à long terme ce sera une excellente décision.
    Concentre toi d’abord sur toi et sur ta santé, on verra ensuite 🙂
    Et bien sûr que les angoisses familiales remontent aux moments charnières de nos vies. Ce sont notre histoire et nos expériences, mêmes lointaines, qui viennent cadrer nos grands choix.
    Bravo et merci d’avoir partagé ça avec nous. J’espère que ça t’a fait du bien de l’écrire pour éloigner un peu ça de ton coeur et le rapprocher de ta tête 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour tes mots, que je serre contre mon coeur et auxquels je réponds bien trop tard.
      Ecrire, cela permet de mettre une distance, et d’y revenir plus sereinement.
      Nous en avons discuté encore et encore avec chéri et on est d’accord. On a plein de projets, on n’est pas obligé de tout mettre en même temps. Rien que d’être en phase avec lui… Cela me rend plus sereine.

      J'aime

  3. madamelavande dit :

    J’ai envie de te faire un gros câlin quand je lis ça ! ❤❤ Je connais tellement ce que tu ressens.
    Comme toi en ce moment j’ai l’impression d’enchaîner les petites maladies, de ne pas me sentir en forme. Je pense que l’hiver y est aussi pour beaucoup.
    Chez nous les questions commencent à revenir aussi, même si la puce n’a pas encore 10 mois. Comme toi j’ai envie de profiter encore un peu de ma pépette toute seule ❤
    Vous avez de beaux projets pour cette année, une maison c’est génial et ça ,prend beaucoup de temps pour en faire un petit nid douillet qui nous ressemble ! Et je te comprends tout à fait de ne pas vouloir aborder cette période avec un gros bidou. Je suis sûre que ton chéri comprend tes peurs même s’il est un peu plus pressé que toi d’agrandir la famille.Et puis 1 an ça passe tellement vite finalement !

    J'aime

    1. Merci ma jolie. LE soutien que je reçois ici me permet vraiment de me ressourcer et d’aborder, plus sereine, ces grands moments de ma (nos) vie(s).
      Je pense qu’on se ressemble beaucoup sur l’envie de profiter de nos petites puces. Je m’émerveille tellement d’elle que je veux encore être là pour elle toute entière. Aussi, car mon expérience de la grossesse n’est pas très positive… 🙂
      Ho oui, on y sera vite! 🙂
      Plein de gros bisous

      Aimé par 1 personne

  4. fleurdementhe dit :

    Il me semble évident dans tes mots que tu as besoin de te retrouver, de refaire la paix avec ton corps et qu’il fasse la paix avec ton esprit… Il est possible aussi que cette histoire familiale laisse des traces inconscientes, c’est bien que tu sois suivie par un medecin. J’ai toujours pensé qu’avant d’être des parents on est aussi deux individus, avec nos propres choix. Je suis certaine que ton mari comprend au fond ta décision. Ma moitié est prête à un 2eme mais pas moi, et je lui explique qouvent les raisons pour ne pas qu’il y ait d’abcès ou d’incomprehension (ma phobie), l’échange et la discussion sont les meilleurs atouts. Mais ce n’est que mon avis 😉
    Je te souhaite de vite te rétablir, pour toi avant tout ! Bises

    J'aime

    1. Tu as raison, le dialogue est le plus important. Nous en avons discuté encore et encore avec chéri et on est d’accord. On a plein de projets, on n’est pas obligé de tout mettre en même temps. Rien que d’être en phase avec lui… Cela me rend plus sereine.
      Nous sommes d’accord, dans le fond et sur nos aspirations profondes, et c’est le principal.
      J’espère que tu gardes plein de beaux souvenirs du costa rica dans ton coeur et que tu nous en parleras bientôt?
      Bisous

      J'aime

  5. julycocoon dit :

    J’ai écrit un article avec quelques points similaires pour lundi 🙂 chacune ses raisons de prendre son temps ou de faire un enfant, tant que ça nous convient 😉 your life, your choice !

    J'aime

    1. Merci, pour tes mots ici et sur ton blog.
      Merci, pour ta présence et ta douceur.
      Merci pour tout, ma July.

      J'aime

      1. julycocoon dit :

        Oh que tu es choue toi ma douce ❤ on est sur la même longueur d'ondes en tout cas !

        J'aime

  6. Hermy dit :

    Alors nous à l’inverse, dans la famille surtout, personne ne nous en parle et c’est limite, quand on évoque le sujet, qu’ils ne nous disent pas qu’on devrait encore attendre. Pourtant le Choupi a 2 ans passé et moi je me sens prête à repartir pour une grossesse. Mon mari aussi mais lui ce qui l’arrête c’est notre tout petit appart. J’espère quand même arriver à le convaincre rapidement.
    Très clairement, à l’âge de ta poupette je n’étais pas du tout prête à remettre ça et tu as raison de prendre ton temps et de profiter pleinement de ces premières années qui passent si vite.

    J'aime

    1. Je vous souhaite plein plein de succès et puis, de trouver un peu de place pour mettre ce petit deux. Je vous souhaite plein de beaux moments à trois puis à quatre, un jour. Et puis beaucoup de sérénité (et puis une petite fille, aussi :-)).
      Bisous

      J'aime

      1. Hermy dit :

        Merci !!! ^^

        J'aime

  7. Pititefleur dit :

    C’est toujours ennuyeux de ne pas être totalement en phase dans un couple. Néanmoins, cela reste la femme qui porte l’enfant et qui donc peut décider de donner son feu vert si elle s’en sent capable. Peut être faut-il que tu discutes plus avec ton mari de ton état de santé et de tes angoisses. En les comprenant, il ne pourra que se ranger de ton côté.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton gentil commentaire, et ton conseil avisé. Je pense en effet qu’il n’est pas encore temps pour nous de lancer une deuxième aventure. On a pu en parler plus sereinement, et on est d’accord. D »autant que la construction de la maison commence maintenant donc… On va vraiment être occupés avec cela dans les mois à venir.
      Je vous embrasse, les filles! 🙂 (encore félicitations :-))

      Aimé par 1 personne

  8. pellicule de vie dit :

    Un très bel article, très touchant.. J’ai eu comme toi mon premier à 26 ans. Je n’en voulais point d’autres. Mais vu l’insistance de mon mari et voir mon 2e jouer seul, je me suis décidé… ans après! Donc il y a 4 ans de différence entre le 1er et le 2e, c’est beaucoup pour mon mari mais pas pour moi. Car j’étais prête à avoir un 2e :). Donc si tu dois prendre le temps, prends-le. Il comprendra je te le souhaite car c’est important pour ton bien-être et celui du futur bébé que tu sois vraiment prête. Gros bisous :*

    J'aime

    1. Tu as raison, être prêt c’est terriblement important. Je pense aussi que quand je me sentirais bien avec cette décision, je ne me poserais juste plus de question.
      Gros bisous

      Aimé par 1 personne

      1. pellicule de vie dit :

        Tu le sentiras c’est certain :). Gros bisous :*

        J'aime

  9. Oh… Ton article est très touchant. Ce n’est pas évident d’avoir l’impression de « punir » l’autre. Après si tu ne te sens pas prête : il vaut mieux laisser un peu de temps au temps… Histoire que tu sois plus en forme. Votre année s’annonce déjà bien remplie, alors prenez le temps de savourer les moments (oui même les galères des travaux et du déménagement :P). Tu as déjà dû expliquer tes angoisses et tes appréhensions à ton mari, il doit comprendre aussi ta réticence. A vous de trouver votre rythme et de vous lancer quand vous serez prêts (tous les deux !).
    Bon courage pour retrouver ta forme !

    J'aime

    1. Merci mille fois pour ce commentaire plein de bon sens et de douceur.
      Je le garde contre mon coeur.
      Je t’embrasse bien fort.

      Aimé par 1 personne

  10. juste1maman dit :

    Pour nous ce n’est pas compliqué, il n’y aura pas de deuxième tant que le premier ne sera pas à l’école ! Certes cela repousse, mais comme nous avons encore des travaux à faire, et qu’aider chéri aide à avancer plus vite, on nous lâche un peu la grappe avec ça. Mais je suis comme toi, j’ai eu le premier sans souci, et ai une peur immense de repousser et ne pas y arriver… Prions dame nature ensemble ?!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s