Ici et maintenant : ce qu’être Maman m’a appris sur le bonheur…

Alors qu’elle n’était encore qu’un petit haricot de quelques centimètres dans mon corps de future maman, j’ai lu une phrase concernant les enfants en bas-âge qui s’est avérée être totalement exacte et qui m’a amenée à beaucoup réfléchir sur le sens du bonheur.

Je ne sais plus du tout où j’ai trouvé cette phrase, ni sa tournure exacte, d’ailleurs. Donc, par avance, je m’excuse auprès de l’auteur pour les libertés prises avec. Cette phrase disait en substance ceci :

« Pour le tout-petit, il n’y a ni avant, ni après. Il n’y a pas d’ailleurs. Il n’y a ni hier, ni demain. Il n’y a qu’ICI et MAINTENANT ».

img_2200

C’est tellement vrai. Pour un bébé, être patient ne veut rien dire. Anticiper est impossible.

Cela m’est souvent arrivée d’espérer que ma Poupette allait pouvoir patienter qu’on rentre à la maison pour avoir son bibi ou que j’aie fini d’aller aux toilettes pour qu’on se mette en route pour la promenade. Mais non, elle ne sait pas patienter. Elle sait attendre, parce que parfois, je ne lui en laisse pas le choix (ou que je ne l’ai pas moi-même). Mais elle ne sait pas faire cet exercice rationnel qui consiste à prendre son mal en patience et à attendre tranquillement que les choses se produisent. Alors, évidemment, l’attente se fait plus ou moins bruyamment. Quand on sait que l’enfant ne peut pas patienter car il ne vit qu’ici et maintenant… Et bien, ça déculpabilise sérieusement! Oui, ma fille pleure. Normal, elle a faim et actuellement, la seule chose à laquelle elle peut penser c’est ça. Hop, on redescend : ce n’est pas un enfant capricieux. Juste un bébé… qui a faim.

img_2085

Dans le même ordre d’idées, cela signifie que le jeune enfant ne sait pas anticiper. Il ne sait pas savoir comment les choses vont se dérouler pour lui, sauf si on lui explique et si on lui donne le moyen de savoir se situer dans le temps. Même chose : savoir cela, ça a changé ma vie! Evidemment que c’est difficile pour Poupette de sortir de son bain quand, sans rien lui dire et sans lui donner de repères, je l’extirpe de cette eau chaude remplie de jouets. Je n’aimerais pas qu’on fasse la même chose avec moi! Evidemment que le tout-petit ne peut pas comprendre que c’est la nuit et qu’il va dormir s’il n’a pas les repères nécessaires pour comprendre pourquoi il se retrouve seul dans sa chambre et dans le noir. D’où l’importance des rituels. Chez nous, les rituels sont très importants. On les utilise depuis longtemps. Et ça fonctionne plutôt bien.

img_2011

Mais cette petite phrase, outre m’apprendre à comprendre mieux mon bébé, m’a aussi permis de me rendre compte que nos tout-petits, en étant fondamentalement ancrés dans le présent, se permettent de croquer la vie à chaque instant!

Les bébés, ces philosophes… Car oui, quand on y réfléchit, n’est-ce pas la meilleure façon de vivre heureux? Vivre dans l’ici et le maintenant. Hier est hier, on ne reviendra pas dessus. Demain est demain. Ici et maintenant, j’ai quelque chose à vivre. Alors autant le vivre à fond. Comme Poupette qui, d’un seul coup, fond sur moi pour enfuir sa tête dans mon cou et me faire un de ces bisous baveux irrésistibles. Elle est là, toute entière, sans concession. La seule urgence : « j’aime ma Maman, je l’aime tellement et je suis si heureuse qu’elle soit là que je ne veux qu’une chose, la serrer contre moi ». Ma chérie, je crois que tu as tout compris au bonheur!

img_2241

Le bonheur, il est maintenant, ici. Avec toi, ton Papa. Autour d’un arbre de Noël, en promenade. Il est au lit, serrée contre l’amour de ma vie. Il est autour d’une table avec des amis. Il est dans le regard que mon Papa te porte, ma chérie. Il est dans tes câlins, tes rires et tes sourires. Le bonheur, c’est te voir traverser à toute allure le salon pour venir danser devant la guitare de ton papa. C’est le resto avec mes copines, celui qui fait du bien, qui permet de vider son sac. Le bonheur c’est de vivre avec l’homme que j’ai choisi, l’histoire d’amour qu’on a décidé de vivre. Le bonheur c’est rêve r à notre future cuisine, baver devant un catalogue d’ameublement. Le bonheur c’est monter dans ma Ford Fiesta gelée et me dire que j’aime tellement cette petite voiture, la dégeler et t’y installer. Le bonheur c’est de prendre un bain après mon jogging dans le froid du matin. Le bonheur c’est de terminer un article scientifique. De clôturer ce dossier professionnel. D’entamer un nouveau défi. Le bonheur c’est de terminer, les larmes aux yeux ce billet après plus d’une semaine d’absence sur le blog, mon blog. Le bonheur il est là. Ici. Et maintenant.

img_2091
Entrer une légende

Hier est hier, peu importe les peines et les désillusions. Je ne veux garder que les bonheurs pour illuminer mon maintenant. Demain est demain. Mon dossier en retard pour le travail, l’organisation de mes trajets…. Il sera bien assez tôt pour s’en préoccuper. Peu importe hier, demain et ailleurs.

Pour vivre heureuse, j’essaie de vivre ici et maintenant. Et d’investir mon présent. La suite… On verra.

XXX

Charlotte

10 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Ars Maëlle dit :

    Ton article m’a fait pensé à plusieurs choses,désolée ça va encore être long :
    – Peter Pan : mon mari me rappelle souvent ce que Barry a écrit sur les fées : elles sont trop petites pour avoir plus d’une émotion à la fois (c’est pour ça que Clochette n’arrive pas à raisonner sa jalousie contre Wendy). Quand on voit un enfant tout emporté par son émotion ou son ressenti (faim, peur, fatigue, mais aussi joie), on pense toujours à ça, ce petit corps tout rempli qui se laisse déborder, et il faut l’accepter, agir en conséquence (un bib, un câlin…) Plus ils grandissent, plus on peut les aider à se rendre compte de ce que c’est que cette émotion pour qu’ils puissent l’accueillir et la vivre au mieux (j’ai d’ailleurs vu un très beau livre sur le sujet, préfacé par Alexandre Jollien, « Au fil des émotions » de Cristina Nunez Pereira)
    – ce que tu dis sur l’anticipation me semble crucial, et les exemples que tu donnes me font aussi penser à quelque chose d’hyper important pour moi : les enfants ne sont pas des choses indifférentes à ce qui leur arrive, il est vraiment important de leur expliquer ce qui va se passer aussi pour leur donner dès tout petit un sentiment de respect pour la personne qu’ils sont : « tu vas aller dans les bras de… », « on va enlever le body », « on va dans le porte-bébé ». Des amis m’ont fait découvrir ça avec leur premier enfant, même à 1 mois ils lui parlaient de ce qui lui arrivait, pourquoi maman partait ou qui allait la prendre dans ses bras, et je trouve ça très bien et cohérent avec l’idée d’anticipation
    – pour notre bonheur hic et nunc, je suis particulièrement touché car ça rejoint pas mal mon dernier billet, c’est en effet une vraie sagesse – mais en grandissant et en apprenant à intégrer le passé et le futur dans nos vie, si on n’est pas dans le regret (de ce qui n’est plus ou qui n’est pas encore), on peut aussi profiter du plaisir de la réminiscence du bonheur et de l’attente du bonheur (ah, mon mariage, c’était si bien ! oh, que je suis contente d’aller voir mon groupe préféré en concert !). Comme ça, c’est tout bénef !
    Merci pour ton bel article en tout cas 🙂

    J'aime

    1. Merci pour ton gentil commentaire. Auquel je réponds bien trop tard.
      Tu as raison, le passé (comme le futur) sont importants dans nos constructions comme adultes. Cela nous permet de puiser de la force pour traverser un moment plus difficile.
      J’aime beaucoup cette manière de voir les choses.
      🙂

      J'aime

  2. Une jolie déclaration à ton enfant, c’est beau ❤

    J'aime

  3. madamelavande dit :

    Ici et maintenant, c’est une belle façon d’envisager la vie je trouve !
    Effectivement l’apprentissage de la patience n’est pas chose facile pour nos petits bouts. Et c’est vrai que leur parler peut les aider à anticiper, au début j’avais peur de passer un peu pour une folle à parler tout le temps à ma pépette mais finalement j’ai fini par m’en moquer, le plus important c’est de voir sa bouille attentive qui m’écoute. Je ne sais pas encore si elle comprend tout, sûrement pas, mais elle est de plus en plus attentive 🙂
    Profite bien de ces petits moments présents ❤

    J'aime

    1. Leur parler, tout le temps et tous les jours. Ne fut ce que pour le bien que ça nous fait à nous.
      🙂
      Je t’embrasse.

      J'aime

  4. Très belle article, touchant.. A chaque action que je fais avec mon dernier, je lui dit et la transition passe bien :). On va faire ci, on va faire ça.. Il faut vivre au jour le jour car demain on risque de ne plus être là. Inch’allah on dit « si Dieu le veut ». Pas toujours facile à comprendre pour les gens mais c’est clair qu’on ne sait pas de quoi sera fait demain donc il vaut mieux « essayer » de vivre le jour présent, comme nos enfants.. <3. Bisous :*

    J'aime

    1. Merci!
      Je t’embrasse et te souhaite plein de doux moments avec tes petits boys.

      Aimé par 1 personne

  5. Amandine plume2vie dit :

    Jai beaucoup aimé ton article tres touchant MAIS surtout tres réel. Tu as TOUT a fait raison que tu dis quil ne faut pas mélanger « patience » ET « savoir attendre » pourtant pour NOUS adultes cest similaire mais pas pour eux. On le comprend parfois tard MAIS jamais TROP tard… idem ici on aime les rituels on aime Aussi les changer parfois… JE dis souvent à mon Fils depuis ses 2 ans facile quil ne reste que tant de temps avant le bain ou avant d’aller au lit etc… MERCi pour tes lignes

    J'aime

    1. Merci à toi, pour cet adorable commentaire.
      Profite de ton loulou et de ton joli ventre rond!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s