Mam’inspirante #8

Je les attends avec impatience, les mardis. Car c’est toujours l’occasion de vous présenter une belle histoire et une belle personne.

Aujourd’hui, ma guest star est Laure du blog Laurette Fléchette. Elle est la maman active de deux petits mecs, qu’elle aime si fort que ça en pique les yeux. Elle en parle avec douceur, fierté et aussi beaucoup d’autodérision. Laure, elle dit tout haut ce que toutes les mamans pensent tout bas (son article « I’m sorry, j’ai des enfants » m’a beaucoup plu! Je me suis reconnue dans ses mots).

Laure est la super Maman d’une famille recomposée ce dont elle parle avec beaucoup de douceur et d’optimisme. Ca permet de démystifier la séparation du couple parental et de se rendre compte que des parents bien dans leurs baskets est certainement le meilleur garant d’un enfant heureux.

Des sourires, du rire, de la fierté, des questions, des doutes, … Laure est une super maman. Une vraie Mam’inspirante, quoi! Et puis, c’est le genre de copine qu’on a toujours rêvé d’avoir. Et moi, c’est avec grand plaisir que j’ai découvert son univers et que j’échange avec elle. Pleine de bons conseils et de douceur, c’est juste un  plaisir. Je dirais même plus, on devrait tous avoir une Laurette Fléchette dans ses amis.

Alors, mille fois merci, Laure, pour tes réponses à mes questions. Merci pour tous ces Ce week-end, il y a eu. Merci pour tes sourires, pour ceux de tes petits mecs. Merci de me déculpabiliser, souvent, et de me faire rire, tout aussi souvent. Merci pour ton blog, si beau (ça me fait penser que je devrais relooker le mien, bientôt) et pour toutes ces belles photos qui respirent la joie de vivre. Merci enfin pour ton enthousiasme.

Je te souhaite tellement de week-end en famille, de doux moments, d’éclats de rire et d’amour.

Je vous laisse en sa compagnie, j’ai bien assez abusé de votre temps et je vois que vous piétinez d’impatience devant votre écran!

XXX

Charlotte

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je m’appelle Laure et j’ai 31 ans, où 32… Je ne sais plus trop ☺ Je suis responsable du pôle promotion d’un Office de Tourisme dans la plus belle région de France : le Lot – en toute objectivité- ! Mais aussi maman de deux garçons de 8 et 3 ans, qui ajoutent du piment à mes journées !!

Du plus loin que je me souvienne je pose les mots… J’ai des cartons entiers plein de textes, de romans, de poèmes jetés sur le papier tout au long de ma jeunesse.  Je m’intéresse vraiment à la photo depuis la naissance de mon grand, mais j’ai toujours eu une forte attirance pour l’image en général. (Je suis cette copine qui réalise les montages vidéos lors d’une occasion, celle qui fait les faire-part de mariage…☺)

Et puis j’ai aussi mon compagnon d’infortune : ce blog, apparu il y a un peu plus d’un an dans un contexte personnel de « moins bien » et il fait de moi une personne accomplie !

°

Polaroïd de famille

Nous sommes 4 à la maison : mon z’hom d’amour et mes deux fléchillons. Notre famille est immense car recomposée mais nous baignons dans un nuage d’amour et de respect – et un joyeux bordel- ! Haut les cœurs !

 

°

2804-2016-072367512660452158-copie.jpg

°

J’ai une tendance naturelle à vivre les choses à 100 %… Je prends tout à bras le corps et bien souvent je suis dans l’excès. Qu’il s’agisse du bon ou du moins bon, j’ai toujours eu beaucoup de mal à gérer mes émotions… Je ris fort et pour un rien, je pleure fort et pour un rien, je m’énerve fort, enfin bref voilà l’idée… Avant d’être maman ce caractère m’a plutôt bien servi, même si de façon ponctuelle il m’a mise dans l’embarras, la plupart du temps c’est plutôt sympa d’être la copine excessive et un peu barrée… Mais ça c’était avant, car avoir une maman qui passe du rire aux larmes en 10 secondes pour un oui ou pour non ça pourrait générer quelques désordres traumatiques. Même si fondamentalement je reste quelqu’un de sensible, d’excitée, de fragile ( et tout ça en l’espace de trois minutes) je travaille à équilibrer mes sautes d’humeur afin de garantir à mes fléchillons un minimum de stabilité émotionnelle.

°

J’ai vécu mes deux grossesses à une vitesse indécente. Aucune des deux n’étaient vraiment au programme et j’ai donc poursuivi mes habitudes comme si tout était normal.  Evidemment je ne suis absolument pas un exemple à suivre ! Je montais encore à cheval à 6 mois et demi de grossesse pour fléchillon n°1 et je me suis arrêtée en tout et pour tout seulement 3 semaines avant d’accoucher (faut vraiment avoir un grain), je réalise aujourd’hui que j’ai eu beaucoup de chance de ne pas avoir de soucis !

Pour fléchillon n°2, loin de moi l’idée de faire mieux, forte de ma première expérience j’ai enchaîné déménagements, travaux titanesques et 9h de boulot par jour jusqu’à que la nature me rappelle enfin à l’ordre à 7 mois et demi de grossesse. J’ai dû me résoudre à calmer le jeu, une fois clouée au lit à l’hôpital pour menace d’accouchement prématuré… Le fléchillon a fini par arriver un peu plus d’un mois avant terme… Et, si je pouvais communiquer avec la Laure enceinte, je lui dirai d’écouter son corps, de ralentir la cadence et de profiter un peu plus de ces instants de grâce !

°

Je ne suis pas sûre qu’il soit raisonnable de révéler au reste du monde mon péché mignon de maman… C’est probablement très bizarre mais mon petit bonheur, c’est de tripoter les pieds de mes enfants… C’est d’autant plus étrange comme comportement que je déteste profondément cette partie du corps chez le commun des mortels… Pour autant, je voue un véritable culte aux petits orteils de mes loulous… (enfin jusqu’à 4 ans après ça devient compliqué, n’exagérons pas tout de même) Je suis tout à fait capable d’enlever les chaussettes à mon petit asticot juste pour le plaisir de lui papouiller les pieds… Voilà, adieu… ☺

°

Le fait de ne plus vivre avec le papa de mon grand asticot implique forcément des séparations, mais aussi des moments de retrouvailles riches en émotion. Chez nous « la séparation » est un mode de vie avec lequel nous (re)composons facilement. Nous avons la chance d’entretenir des relations très saines avec le premier papa ce qui nous donne la possibilité d’être extrêmement souple quant à l’organisation familiale. Ainsi, un vendredi sur deux nous retrouvons notre tête d’ampoule préférée et organisons toujours un truc un peu spécial, un peu différent pour faire de ce temps familial un vrai moment de bonheur.

°

L’histoire du soir est devenue un véritable rituel ! Pour mon grand j’ai commencé très tôt à lire des petits histoires. J’avais hâte qu’il soit assez grand pour partager ces moments. Ce rendez-vous est parfois plus dur à maintenir sur la durée depuis l’arrivée du fléchillon n°2, mais cela reste un moment important pour nous 3 avant la longue nuit 🙂

°

J’use et j’abuse de surnoms niais quand je m’adresse à mes enfants… Je ne sais vraiment pas où je vais les chercher… « Loulous », « bibous », « asticots », « mon bout »…

°

C’est une exclu pour Charlotte aux petits pois, car je ne révèle que très rarement les prénoms de mes enfants -dans le milieu du blogging-. J’ai deux garçons et cela ne m’a pas vraiment simplifié la tâche… J’inscris les prénoms qui me plaisent depuis des années sur un petit papier qui me suit partout. (caché dans mon porte-monnaie) Déjà au collège j’avais ma liste de prénoms chouchous… (sinon je suis à peu près équilibrée le reste du temps) Pour autant, quand nous sommes devant le fait accompli difficile de se décider…

Pour mon grand asticot nous sommes tombés assez vite d’accord, Gaël faisait partie de la liste de mes prénoms favoris et le premier papa était parfaitement d’accord avec ce choix alors bingo !

Quand j’ai appris que j’attendais un deuxième garçon la tâche s’est considérablement corsée ! Je sais que beaucoup tiennent à ce que les prénoms de leurs enfants « aillent » bien ensemble, soient « assortis ». En ce qui me concerne je voulais surtout qu’il nous plaise à tous les 3 (papa, grand fléchillon et moi-même) ce qui déjà ne fut pas une mince affaire.

Nous sommes finalement tombés d’accord pour « Esteban » qui fait résonance à mes proches origines espagnoles. J’ai beaucoup hésité car c’est un prénom long et peu courant mais je n’ai aucun regret. Je l’entends d’ailleurs beaucoup depuis ! Et j’adore les interrogations que ce prénom déclenche à propos de nos origines latines.

°

En règle générale, j’ai plutôt tendance à me compliquer la vie… Je suis ce genre de personne qui analyse beaucoup et qui fait un monde de pas grand-chose. Depuis que j’ai des enfants ce trait de caractère est un véritable poids au quotidien. En ce qui me concerne c’est le blog qui me simplifie la vie… Il me permet d’évacuer mes angoisses, de les partager et bien souvent de finir par les relativiser ! Une véritable blogothérapie !

°

J’aime cette idée de savoir rester humble, modeste dans les actions entreprises. J’aime cette idée de ne pas imposer, de chercher à comprendre plutôt que de pousser à culpabiliser systématiquement… Appliquer le principe de précaution, mais aussi de la transmission et de l’exemple… Ne pas imposer sans faire… Ne pas se positionner en donneur de leçon sans appliquer soi-même… Rester constructif plutôt que de passer son temps à condamner les actions des autres ou pire à leur dire ce qu’ils devraient, auraient dû faire…

Dans l’ensemble, il n’y a plus grand chose qui tourne rond sur notre jolie bille bleue, je crois qu’il est important d’arriver à retrouver le rapport à ce grand tout pour mieux comprendre les autres et encourager à l’empathie et à la bienveillance. Ce sont ces valeurs là que je souhaite transmettre à mes poupons…

°

Je suis me suis fixée des quantités incroyables de principes avant d’être maman… Des trucs totalement improbables, intenables et flirtant avec l’insouciance : aller au lit à 8h30 tous les soirs, porter des pantoufles dans la maison, ne pas jouer avec de la terre, ne pas manger des bonbons à n’importe quelle heure, dire bonjour, merci, au revoir, s’il vous plait, ne jamais transformer la salle de bain en piscine géante, ne pas mettre son doigt dans le nez… Bien évidemment c’est un peu comme pour d’autres sujets -plus polémiques- : quand on ne connaît pas la réalité du terrain, comment juger ???

Quand nous devenons parents, si nous restons ancrés sur ces centaines de préceptes il y a de gros risques de virés barges, ce qui n’a pas manqué de m’arriver il y a quelques années… Mes enfants ont le mérite de m’apprendre tous les jours un peu plus « le lâcher prise ». J’arrive de mieux en mieux à me concentrer sur ma famille et sur nos besoins et j’évite d’agir pour contenter ceux des autres (besoins)…

Si je ne devais retenir qu’un principe auxquels je croyais ne jamais céder c’est celui « d’avoir des animaux ». Et j’avais d’excellentes raisons : cela prend trop de temps, de place, de budget… Je me sens un tantinet en décalage avec cette fille étrange (psycho rigide) d’y il y a quelques années quand je vois mon chat se baigner dans l’aquarium de mon poisson rouge (oui mon chat aussi est bizarre) mais bref, c’est leur bonheur qui compte non ?

°

Le dernier conseil de Laure!

Du haut de ma courte expérience de maman je conseillerais de prendre suffisamment de recul sur la vie pour percevoir l’importance de l’instant présent. De s’écouter un maximum, d’autant plus quand il s’agit de nos enfants. Il y a des tas de choses que nous réalisons alors qu’il est parfois trop tard.

Je ne suis pas réellement un exemple, mais j’envie beaucoup celles qui arrivent à vivre de ce qu’elles aiment faire, qui réussissent à faire des choix parfois périlleux pour être plus en accord avec leurs attentes de la vie.

« Choisis un travail que tu aimes, et tu n’auras pas à travailler un seul jour de ta vie. »

J’aime les gens passionnés et passionnants… Les gens qui croient en leurs idéaux et qui mettent tout en œuvre pour faire de leur vie une aventure… Finalement je crois que c’est ça la clef du bonheur !

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

7 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Uguen dit :

    ❤️ Je suis fan 😊

    J'aime

    1. 🙂 ❤ ( #jemexprimeparsmileys)

      J'aime

  2. fleurdementhe dit :

    Toujours un plaisir cette chronique !!

    J'aime

    1. ET bientôt… 🙂
      Je ne te perds pas de vue, promis!

      J'aime

  3. mamanchloe dit :

    Un vrai délice ! Je reconnais bien Laure et en même temps je la redécouvre à travers ton interview 😊

    J'aime

    1. C’est ce qui est gai avec les interviews. Je trouve qu’on peut amener la personne à parler de choses et de sujets qu’elle n’aborde pas toujours dans ses billets.
      Merci pour ton commentaire ma jolie!
      Bisous

      Aimé par 1 personne

  4. Encore une jolie découverte !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s