Chère Charlotte, ne t’arrête pas! Tu vas encore en connaitre des jolies choses…

Chère Charlotte,

Tu as 16 ans. Seulement 16 ans et pourtant tu te sens vieille. Lasse. Comme si tous les malheurs du monde pesaient sur tes épaules. Tu te sens seule. Incomprise, terriblement incomprise. De tout le monde, et surtout des personnes de ton âge. Et tu as peur, tellement peur. De ne plus jamais te sentir complète, heureuse ou tout simplement sereine.

IMG_1704.JPG

Ma chère Charlotte, si tu pouvais m’entendre. De là où tu es, dans ta souffrance et ton angoisse. Ne t’arrête pas! Laisse tes idées noires et lance-toi. Poursuis ta route car tu vas en connaitre de jolies choses. 

Tu tomberas amoureuse. De toutes tes forces, de tout ton corps et de tout ton cœur. Tu vas aimer et faire évoluer cet amour qui sera réciproque. Tu vas rire avec lui, tu vas pleurer, aussi. Vous allez vous chamailler, vous réconcilier, vous chamailler encore et vous aimer. Toujours, à chaque instant. Car c’est l’homme de ta vie. Tu ne le sais pas encore mais tu vas bientôt le rencontrer. Et ce printemps, ce trésor sur ton chemin; tu vas devoir en prendre soin. Ensemble vous allez réaliser des choses extraordinaires. 

Mariage Charlotte et Arnaud
http://www.photonm.be

Chère Charlotte, tu vas adorer tes études, l’université, le monde dans lequel tu vas évoluer pendant 5 ans. Tu vas redécouvrir le sport. Tu vas animer, avec passion et avec coeur. Tu vas rire, beaucoup. Avec plein de personnes que tu dois encore découvrir. Tu vas connaitre les levers de soleil sans sommeil. Et les journées à refaire le monde avec tes copines. Tu vas les rencontrer, tes trois amies; tes piliers. Vos chemins sont prêts à se croiser. Tu vaq vivre ces instants un peu fous qui n’appartiennent qu’à l’insouciance d’une jeunesse assumée, ces moments hors du temps où seul compte l’instant présent, le fou rire, la danse et l’amitié.

Et puis, ma Charlotte, un jour tu porteras la vie et tu la donneras. Avec douceur, force et fierté. Tu aimeras inconditionnellement ce petit être qui te comblera de joie. Et tu voudras en aimer d’autres, encore. Tu penseras à cette famille en construction qui est la tienne. Tu vivras chaque moment tellement fort : la douceur d’une première tétée, la première maladie, les premières dents, les premières baignades, les premiers sourires, les premiers pas, …

p1030630

Je ne suis pas encore assez loin pour te promettre que tu seras heureuse toute ta vie. Mais… Ne t’arrête pas! Pas à 16 ans… Tu as encore tant de doux moments à vivre, tant de joies intenses, tant de rêves incroyables. J’aimerais tant que tu m’entendes, de là où tu es. Et que cela te donne la force d’y croire. Et tu sais quoi, ma Charlotte, aujourd’hui à 27 ans, je ne regrette rien et je suis heureuse. Tout simplement.

Je t’embrasse,
Je vous embrasse.

XXX

Charlotte

IMG_1683 (1).JPG

12 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. J’ai pas de mots tellement c’est beau ❤

    J'aime

    1. Merci pour ce gentil commentaire 🙂 ❤

      Aimé par 1 personne

  2. Quelle jolie lettre à ton toi ado !
    Tu m’as émue avec ton texte écrit avec beaucoup de justesse !

    J'aime

    1. Merci ma jolie ❤
      Mauvais souvenir pour moi, cette adolescence. Ca fait du bien de constater le chemin parcouru.

      Aimé par 1 personne

  3. Ars Maëlle dit :

    J’espère que la souffrance de tes 16 ans n’était pas trop immense, en tout cas ça fait plaisir de lire ce message d’espoir et de confiance. J’ai été moi-même assez désespérée lorsque j’étais au plus bas, et cette confiance dans l’idée qu’il y a du beau et de la lumière devant, c’est ce qui me faisait défaut et ce que je retrouve doucement avec bonheur. Maintenant, il ne reste plus qu’à imaginer qu’une telle lettre pourrait nous arriver du futur pour nous réconforter quand c’est dur au présent.

    J'aime

    1. Elle était disproportionnée, comme tout ce qu’on vit à 16 ans. Mais j’ai été bien entourée par mes proches. Ho comme j’aurais aimé savoir tout cela à ce moment-là,… Mais la vie est une interrogation permanente et je suis cetaine que pour être pleinement heureux, il faut accepter cette inconnue sur notre avenir. Mais c’est souvent difficile sur le moment.
      Merci pour ton gentil message. J’espère qu’aujourd’hui tu vas bien.

      J'aime

  4. mamanchloe dit :

    Je crois que la Charlotte de 16 ans a dû t’entendre puisque tu as trouvé la force de mettre ta souffrance derrière et d’avancer dans la vie pour vivre toutes ces jolies choses ! Je te souhaite encore de bien beaux moments 😉

    J'aime

    1. Merci ma belle! Je pense que, quelque part, je savais que j’avais encore de jolis moments à vivre. La vie est belle, j’en suis sincèrement persuadée, d’autant plus, je crois, car j’ai perdu fortement espoir quelques mois durant. Alors, maintenant, je vis à fond. 🙂

      Aimé par 1 personne

  5. Madame Lavande dit :

    Et voilà, c’est pas sérieux ça, j’ai les larmes aux yeux au bureau 😉
    Ton texte et magnifique ! Et je suis heureuse de voir que finalement la vie, la joie et le bonheur ont été les plus forts pour qu’aujourd’hui tu puisses écrire tout cela. Tu as bien raison de profiter à fond de tout !

    J'aime

    1. Je n’ai aucune excuse pour répondre si tard. J’ai eu des semaines de fou et puis des petits ennuis de santé… Mais vraiment, de si gentils commentaires qui gonflent mon coeur de bonheur ne pouvaient pas attendre si longtemps avant réponse.
      MERCI. 🙂
      J’en profite, c’est certain!

      J'aime

  6. Charlotte dit :

    J’aime bien quand tu te parles à toi-même, c’est très émouvant, et très « vrai »…
    J’aurais aimé lire ça ado. Je suis du genre à faire une montagne du moindre problème alors qu’il faut souvent laisser couler et tout fini plutôt bien…mais ça il faut le savoir, que ça va bien finir!!
    Bravo pour cet article!
    Charlotte, 30 ans, mais qui est retournée en adolescence quelques minutes 😀

    J'aime

  7. Charlotte,
    je suis mille fois désolée de te répondre si tard! Je n’ai aucune excuse. Ce commentaire, que j’ai lu il y a plusieurs jours m’avait pourtant rendue très heureuse.
    Je pense que c’est le propre de l’adolescence, de ne pas pouvoir se poser et attendre que le temps fasse son oeuvre.
    Mais là, je suis vraiment heureuse, alors… Je profite et je savoure.
    Je pense bien à toi, mon homonyme! 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s